fr_desact  en_act
 

Participez à l'enquête de satisfaction du standard "EDILABO" version 1 et 1.1 !

08 November 2017

Les spécifications EDILABO * ont été à l'origine rédigées pour être reconnues comme étant un standard national unique d'échange de données informatisées relatif à la qualité physico-chimique et microbiologique de l'eau et des milieux aquatiques. En spécifiant la structure des données à échanger, ce standard permet ainsi de faciliter la circulation des informations * entre prestataires préleveurs et/ou laboratoires d'analyses et leurs donneurs d'ordre. Ces recommandations techniques et organisationnelles ont été rédigées en 2004 par le Service d'Administration Nationale des Données et Référentiels * sur l'Eau (Sandre), avec l'appui technique d'un groupe de travail représentant les différentes parties prenantes.

L'application de ce standard a été reconnue du point de vue réglementaire comme une des conditions auxquelles les laboratoires d'analyses doivent satisfaire pour être agréé par le ministère chargé de l'environnement.

Bien que ce standard ait été en priorité conçu pour échanger des données métiers relatives à la qualité physico-chimique de l'eau et des milieux aquatiques, force est de constater qu' il est également de plus en plus utilisé par les acteurs du domaine analytique pour des échanges de données portant sur des analyses d'autres compartiments de notre environnement (sol, air, boue d'épuration, produits d'épandage, biote,...).

Le standard EDILABO * , version 1 et 1.1, repose sur le format d'échange XML * qui présente l'avantage de pouvoir échanger une richesse sémantique * complexe. L'application du standard exige de la part des parties prenantes d'être capable d'importer ou d'exporter dans leur systèmes d'information * des messages dont la structure doit respecter strictement les recommandations techniques du standard. Les flux d'information peuvent également varier selon le modèle organisationnel choisi entre les différents acteurs (exemple de sous-traitance d'analyses entre laboratoires).

Avec l'appui de l'Agence Française de la Biodiversité, le secrétariat technique du Sandre souhaite mener une enquête auprès des partenaires préleveurs, laboratoires d'analyses et donneurs d'ordre , afin de pouvoir dresser un bilan de satisfaction de ce standard pour mieux prendre en compte les éventuels nouveaux besoins et préparer l'avenir en matière d'échange de données analytiques.

Un rapport sera par la suite rendu publique sur le site internet du Sandre au vu de l'analyse des réponses qui auront été recueillies, tout en prenant soin de conserver l'anonymat des personnes qui auront bien voulu y répondre.

Top