JEUX DE DONNEES DE REFERENCE

Méthodes

Détermination de la demande biochimique en oxygène par mesure fluorimétrique de l’activité respiratoire bactérienne lors d’une incubation de 48h à 30°C, selon la technique Enverdi DBO

991

Validé

Noter cette fiche : 
13/10/2015
01/06/2017
Détermination de la demande biochimique en oxygène par mesure fluorimétrique de l’activité respiratoire bactérienne lors d’une incubation de 48h à 30°C, selon la technique Enverdi DBO
Enverdi DBO
AMS Envolure
Dudal et al. (2005), brevet EP 1844330 (INRA); Dudal et al. (2006), Analytical and Bioanalytical Chemistry, 384(1), p. 175-179 ; Pautremat et al. (2011), demande de brevet EP 2597461 (AMS Envolure); Muller et al. (2014), Environmental Science and Pollution Research, 21(23), p. 13642-13645 ; Magnin et al. (2015), 17th International Congress of Metrology, EDP Sciences, DOI: 10.1051/metrology/201507009 ; Muller et al. (2015), demande de brevet WO 2016184848 (AMS Envolure) ; Nehmtow et al. (2016), Environmental Science and Pollution Research, 23(16), p. 16383-16395.
La méthode permet une mesure de demande biochimique en oxygène dans un échantillon d’eau par une mesure fluorimétrique de l’activité respiratoire bactérienne dans des conditions spécifiques (incubation de 48h à 30°C, sans limitation d’oxygène). Elle est basée sur l’utilisation d’un bioréactif sensible à l’activité respiratoire des organismes aérobies. Les échantillons sont incubés en milieu tamponné, en présence d’un inoculum bactérien. Lors de la minéralisation des matières organiques contenues dans un échantillon d’eau par des bactéries aérobies, le bioréactif est réduit au niveau de la chaine respiratoire des cellules en une forme fluorescente. La réaction de réduction est proportionnelle à la réaction de consommation d’oxygène par les bactéries. Ainsi, l'intensité de fluorescence mesurée au cours de l’incubation est proportionnelle à la quantité d’oxygène consommée. Les résultats sont exprimés en milligramme d'oxygène par litre. Cette méthode n’est pas suffisamment sensible à ce jour pour l’analyse des eaux douces. De même, la méthode peut se révéler inadaptée pour l’analyse de certaines eaux résiduaires industrielles.
Enverdi BOD
Office International de l'Eau [31490172900066]

Création

2015-10-12 22:00:00

Création

Mise à jour mineure d’informations alphanumériques

2016-05-04 08:37:00

Modification du nom de la méthode.

Mise à jour mineure d’informations alphanumériques

2017-05-31 10:04:00

Modification du nom, des références bibliographiques et des commentaires. Cf. Réunion Sandre_Aquaref du 28/04/2017.

Méthodes
Référentiel des méthodes du SANDRE. Ce référentiel est élaboré suite aux demandes de codifications d'utilisateurs. Le secrétariat technique du Sandre contrôle la qualité de ce référentiel, il est l'administrateur de celui-ci. Les principales méthodes reconnues par le SANDRE sont les méthodes normalisées par l'AFNOR ou les méthodes largement reconnues comme celle du type "Rodier" ou du "STANDARD METHOD". Les méthodes sont rassemblées dans une liste qui couvre tous les domaines pour lesquels il existe un paramètre. Pour plus de souplesse, des méthodes particulières ont été créées : - Méthode inconnue ; - Méthode non fixée ; - Méthode spécifique ; - Méthode sans objet. Ainsi, lorsqu'une méthode utilisée dans la mesure d'un paramètre n'est pas répandue, voire non normée, ou bien encore non reconnue, la description du résultat devra mentionner : "Méthode spécifique". De même, lorsqu'il n'est pas possible de connaître la méthode avec laquelle a été obtenu un résultat, il sera possible de le mentionner par : "Méthode Inconnue". Ceci permettra de distinguer l'absence d'information avec une saisie incomplète. L'occurrence "Méthode non fixée" sera employée dans des cas où aucune méthode n'est utile pour mesurer un paramètre. Enfin, la "Méthode sans objet" sera mentionnée lorsqu'il est demandé de faire référence à une méthode alors que cela n'a pas de signification par rapport au cas considéré. Par exemple, la "Méthode sans objet" sera mentionnée dans les phases de conservation et de transport des mesures des paramètres physico-chimiques lorsqu'elles sont effectuées dans le milieu comme les mesures d'oxygène dissous faites à l'aide d'une sonde directement dans l'eau de la rivière. La liste des méthodes est générique et porte sur toutes les phases du processus de mesure des paramètres. Chaque méthode n'est pas non plus systématiquement spécifique à l'une de ces phases ou à une nature particulière de paramètre. En effet, une méthode peut couvrir tout le cycle du processus et/ou être utilisable pour une phase quelle que soit la nature du paramètre. Les méthodes peuvent être référencées par les paramètres à différentes phases de leur processus de mesure que sont : pour les paramètres chimiques et physiques : - le prélèvement et l'échantillonnage ; - la conservation et le transport ; - le fractionnement ; - l'analyse ; pour les paramètres environnementaux : - l'observation ; pour les paramètres hydrobiologiques : - l'ensemble du processus ; pour les paramètres microbiologiques : - le prélèvement, la conservation et le transport ; - la détermination. Deux catégories de liens existent entre les méthodes. L'un d'eux est le remplacement de vieilles méthodes par de nouvelles induit par l'évolution de la technologie. Le deuxième concerne les méthodes qui ne portent pas sur tout le cycle d'acquisition de données pour un paramètre mais qui peuvent recommander, voire imposer, une ou plusieurs autres méthodes pour les phases qu'elles ne couvrent pas.